3 mois sans séries : mon pourquoi du comment

Pas besoin de me connaitre beaucoup pour savoir que j’adore les séries, que j’en ai regardé déjà beaucoup trop comparé à la durée de ma vie. J’en ai d'ailleurs plusieurs fois parlé ici à travers des articles focalisés sur des séries en particulier. Pendant longtemps je commençais séries après séries sans réellement m’arrêter. Et j’ai fini par être débordée. Littéralement, mes séries s’empilaient et j’arrivais plus à rattraper mon retard.

Vous me direz qu’il y a plus grave, certes. Mais quand on est anxieuse comme je le suis, c’est facile de se laisser ne déborder par pas grand-chose. Je m’en suis rendue compte en constatant que j’avais l’impression de me noyer dans mes séries, et que je ne prenais presque plus de plaisir à les regarder puisque je stressais à l’idée d’en avoir trop, et ma seule obsession était de les mettre à jour. Pire encore, je venais à être soulagée que certaines de mes séries soient arrêtées définitivement, ça m’enlevait un poids. J’ai réalisé que c’était totalement ridicule d’en arriver là, alors que normalement on regarde une série pour se détendre, se changer les idées.

J’ai réalisé que je n’avais pas besoin de me créer un stress inutile, j’ai déjà plein de choses dans la vie de tous les jours qui me font bien assez stresser. Et ce stress dû aux séries (toujours aussi ridicule de l’écrire, je l’admets) je pouvais y faire quelque chose contrairement à beaucoup d’autres choses qui me stressent et sur lesquelles je n’ai aucun contrôle. Alors début août j’ai pris ma décision : je ne commencerai plus de nouvelle série. En tout cas, temps que certaines de celles que je suis actuellement n’auront pas été arrêtées, et temps qu’aucune série ne me donne à 100% envie de la commencer. Si j’ai envie de commencer une série juste car je m’ennuie à un instant T, j’ai plein de choses à faire de mieux.
     

ET ALORS, 3 MOIS APRÈS ?
Je constate que je recommence de plus en plus à apprécier les séries que je regarde. Le fait de ne regarder plus que quelques épisodes par semaine, quand j’ai vraiment envie ou vraiment rien de mieux à faire n’y est pas pour rien. C’est un réel gain de temps évidement. Je passe moins de temps au lit à rien faire, je m’occupe autrement, et j’ai plus de temps pour des choses plus importantes ou tout simplement pour faire des choses que je négligeais un peu avant.

Arrêter de commencer tout le temps des nouvelles séries m’a aussi permis de regarder quelques films plus souvent, chose que je ne faisais pas trop. Et j’apprends à réellement apprécier les films. J’ai aussi décider de reprendre la lecture, ou du moins de lire plus régulièrement, et jusqu’ici je dois dire que j’aime vraiment. Lire m’avait beaucoup manqué et je suis ravie de me replonger dans des bouquins pour suivre des histoires passionnantes autrement que via des séries.

Bref, ne pas avoir commencé de nouvelles séries s’est révélé être vraiment bien pour moi, même si certaines fois j’ai envie de craquer et en recommencer une toute petite, juste comme ça, je me raisonne. Je suis très contente de tenir depuis 3 mois même si beaucoup vont trouver ça ridicule d’en arriver là. J’espères que les sériphiles et les séries addicts me comprendront.

Voilà pour ma réflexion du samedi matin, n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez.


                                                                                                                                            Louisa

KPH bound // 3 jours à Copenhague

Salut, c’est moi la fille qui visiblement se laisse un peu déborder ces dernières semaines et qui vient aujourd’hui vous parler d’un voyage qui date du mois d’août. Un peu dur de se replonger dans les photos de voyage quand on est en cours, qu’on doit bosser, qu’on a envie de s’enfuir et qu’il pleut dehors je dois dire. Ça m’a pris plusieurs semaines pour me dire que j’allais surmonter cette épreuve, puis après il fallait trier et retoucher les photos et écrire l’article, enfin bref tout ça pour dire qu’aujourd’hui, on part pour Copenhague.

En août donc, juste après mon stage, j’ai pris le train entre Hambourg et Copenhague pour retrouver ma meilleure amie et profiter des vacances qui s’offraient à moi. C’était donc parti pour 3-4 jours à Copenhague suivis de 5 jours à Stockholm (pour un prochain article), et c’est comme ça que je me suis retrouvée le 15 août dans un train, sur un ferry qui traversait la mer baltique.
Je dois dire que Copenhague m’a offert tout ce que j’attendais, les maisons colorées, le port super connu, l’ambiance hygge, les vélos, les petites rues pavées, enfin bref le combo parfait du Danemark. J’ai étonnement été très sage et je n’ai pas pris un demi-million de photos comme j’ai pourtant l’habitude de le faire, et j’ai totalement profité du voyage.

Ce qui nous a tout de suite attirées le premier jour, c’est bien entendu nyhavn, le port archi célèbre de Copenhague et ses maisons colorées. Impossible de ne pas y passer quand on est à Copenhague et impossible de ne pas prendre une demie douzaine de photos.
Dans la liste des incontournables on note aussi la mamorkirken juste en face du Amalienborg slot. Et un peu plus loin, la petite sirène (on y va pour la photo mais sans s’attarder non plus) et le Kastellet, ce grand espace vert très sympa pour se balader.


     

     



     


Mon ultimate coup de cœur à Copenhague, c’est tout de même les rues colorées, celles dans lesquelles on passe en se baladant un peu au hasard. Celles où on voit des vélos posés contre les façades de toutes les couleurs, celles que je n’ai pas pu m’empêcher de photographier. Mes préférées étant Studiestræde, Strædet (Kompagnistræde et Læderstræde), Magstræde et Snaregade.
Un autre coup de cœur c’était la serre du jardin botanique (botanisk have), il y a dans cette palmeraie de très belles plantes et un superbe escalier blanc très photogénique. 100% hygge.

     

      

Les parcs sont un grand incontournable à Copenhague et on a eu la chance d’avoir un super temps et de pouvoir en profiter un petit peu : Kongens have, où l’on peut observer le Rosenborg slot, est vraiment un des plus sympa. Et il y a à quelques rues de là un super marché couvert Thorvehallerme KBH où l’on peut manger des spécialités danoises (ou non) qui est lui aussi très sympa.
Un peu plus insolite, mais tout de même incontournable à Copenhague, il y a le quartier de Norrebro, avec pas mal de street art et une ambiance un peu plus underground. Nous avons aussi adoré nous éloigner un peu du centre et monter en haut de la Vor frelsers kirke dans le quartier de Christanshavn pour profiter d’une vue panoramique sur toute la ville, puis aller faire un tour dans la ville libre de Christiania. En continuant sur le long des quais on trouve le street food de Copenhague, Papiroen, qui offre un large choix de nourriture et une ambiance totalement danoise, qui coche toutes les cases du cliché qu’on se fait de la vie au Danemark.


     


Après avoir vues de nombreuses photos sur instagram, j’avais très envie d’aller faire un tour à la Glypothèque, ce musée avec une entrée absolument sublime. Et une fois dans le quartier, il faut passer voir le Radhus, l’hôtel de ville. Et si vous avez les finances nécessaires, passer faire un tour à Tivoli (nous on a fait demi-tour en voyant les tarifs puisqu’on avait déjà dépenser beaucoup d’argent et qu’on partait le lendemain pour la Suède…). Toutes les rues du centre-ville et du « quartier latin » sont très sympas et très animées par toutes les boutiques et restaurants.


      


     


     

J’ai vraiment beaucoup aimé Copenhague et je serais bien curieuse d’y retourner en hiver pour voir cette jolie ville sous la neige ! En attendant je planifie d’autres trucs qui vont être vraiment cools aussi.. alors patience.

En bonus : quelques bonnes adresses pour manger - Cock’s and cows pour de supers burgers, MJ coffee pour des brunchs et des avocado toasts, et le Papiroen pour du street food avec une ambiance danoise garantie.
Louisa