Mon expérience en immersion totale aux Etats-Unis

Edit du 27/09/16

Il a maintenant plus de deux ans je suis partie pour un mois aux Etats Unis en immersion totale dans une famille américaine liée à ma famille depuis des années. J’avais déjà été aux Etats Unis deux fois avant ce séjour, mais j’ai encore plus découvert la vie à l’américaine pendant ce mois d’immersion totale. Alors j’avais fait un article sur mon expérience d’un mois en immersion totale (il y a de ça deux ans du coup) et je viens de le relire en me rendant compte que cet article était nul. Que j’expliquais rien et que j’essayais de faire de l’humour en critiquant le modèle américain mais très en surface et sans rien développer. Bref l’idée de base était bonne mais avec du recul je suis pas du tout satisfaite de voir ça sur mon blog et même si j’aime qu’il montre une certaine évolution, là j’ai très envie de refaire cet article un  peu correctement.
Ma famille 
Comme je le disais cette famille est proche de la mienne depuis des années. La mère de famille était la correspondante de ma mère quand elles avaient 16 ans et elles avaient elles même fait des échanges en France et aux Etats Unis dans leurs familles respectives. Depuis toutes ces années elles avaient plus ou moins gardé contact, pas non plus énormément mais assez pour qu’un jour je contacte la famille en demandant si ils avaient des pistes pour faire au pair un mois aux Etats Unis pendant l’été et qu’ils me disent que je pouvais venir chez eux (pas pour faire au pair) autant de temps que je voulais, ils seraient ravis de m’accueillir. Opportunité en or, je n’ai pas pu refuser et en ayant juste un billet d’avion a payer pour un mois j’étais plutôt gagnante.

Enfin bref la famille était adorable, il y avait deux filles de 10 et 12 ans, et le père et la mère qui m’ont très très bien accueillie et qui m’ont même gâtée en me faisant plein de cadeaux, ils se sont bien occupes de moi, m’ont fait voyager, ont répondu à toutes mes attentes, bref des amours. Mais il y a un mais. Grace à ce séjour j’ai pu constater que les américains sont très fermes et très ethnocentrés et de manière générale ne voient que ce qu’il se passe dans leur pays. Bon tout ça je le savais déjà mais je dois dire que ça m’a vraiment percutée encore plus de vivre 24/24 avec des gens comme ça. Des gens qui ne sont jamais sorti de leur pays, ou même de l’état dans lequel ils vivent (j’avais visité plus d’états aux Etats-Unis que le père de la famille), ne savent pas qu’on utilise l’euro en France et j’en passe et des meilleures. Je ne m’engagerai pas sur la piste des attirances politiques ou de leur avis sur le port des armes, de l’homosexualité ou de la condition des femmes…. Ce que je peux vous dire c’est que j’ai contrasté qu’ils manquaient parfois de beaucoup d’ouverture d’esprit. Mais bon ils étaient adorables avec moi, je vais pas non plus cracher dans la soupe. 



Mes habitudes américaines
C’est grave cliché mais j’ai vraiment vécu comme une américaine pendant un mois. L’idée qu’on se fait de la american way of life c’est la même chose que ce que l’on vit quand on part en immersion totale. Comme si tous les clichés qui existent sur les Etats-Unis n’en étaient en fait pas. Et j’avoue que ça ça avait été plus difficile à analyser et à ressentir durant mes deux premiers séjours. De la nourriture aux habitudes de la famille, tout transpirait le cliché. C’est cool a expérimenter je dis pas le contraire, mais certaines fois c’est un peu trop. TROP. Tiens c’est le mot juste pour définir les Etats-Unis : trop gras, trop grand, trop trop trop. On dit toujours que les Etats-Unis c’est la démesure et bien c’est vrai, et a tous les niveaux.

Enfin bref, mes habitudes. J’ai un peu voyagé pendant ce séjour, je suis allée au Canada voir les chutes du Niagara et Toronto, je suis allée a Washington DC et à Cleveland et puis j’ai bien visité Pittsburgh ou j’étais basée, mais dans l’ensemble du mois j’ai passé quand la plupart de mon temps à la maison ou en visite dans les environs. Le père travaillait tous les jours toute la journée, sauf le mardi et la mère travaillait tous les matins presque ou 3 matins par semaines. Donc le matin c’était très cool, grasse matinée puis farniente devant la télé le plus souvent. Puis le midi on mangeait du mac and cheese quand on était toutes les 3 seules avec les filles, je devais les « garder ». On jouait avec les petits voisins ou avec les chats, on s’occupait quoi. Et l’après-midi soit on allait faire un tour soit on jouait dans le jardin, on se baignait dans la piscine, on allait rendre visite à des amis, on allait au cinéma, on allait faire des courses, du shopping, bref la vie en vacances quoi.

        



Durant le séjour j’ai été de nombreuses fois au restaurant car ils adorent aller au restaurant j’ai l’impression. Enfin plus que moi quand je suis en France en tout cas, peut-être car c’est moins cher aussi. Je leur ai fait un repas français aussi, c’est un peu le jeu, c’était sympa, ils ont adoré. J’ai découvert les drive-thru en tout genre : à la banque, au dunking donuts, partout. J’ai découvert qu’ils n’aimaient pas le macdo (c’est vraiment bas de gamme aux Etats-Unis) ni le Starbucks, je n’y suis pas allée une fois en un mois (mais j’ai quand même mangé des burgers, des frites et été dans des fast food et équivalents du Starbucks). J’ai assisté à un match de base ball, ça c’était trop cool, j’ai même été filmée et je me suis vue en replay à la télé le lendemain. J’ai découvert les pubs américaines, de 10 minutes, toutes les 5 minutes pendant un programme. J’ai mangé une montagne de popcorn au cinéma. Je suis allée dans un parc d’attraction avec une des plus vieilles attractions des Etats-Unis, J’ai visité le musée Andy Warhol, un des musées les plus cools que j’ai vu. J’ai acheté un maillot de base ball des pirates, l’équipe de Pittsburgh. J’ai mangé des blueberry pancakes les dimanches matins avant d’aller à l’église. J’ai expérimenté l’amplitude de température entre la température ambiante et les magasins climatisés. J’ai dépensé toutes mes économies en faisant du shopping dans un outlet mall. J’ai vécu les Etats-Unis et quand même, c’était cool.