christmas in belgium part 1 : bredene, ostende, de haan

            Un des trucs dont je préfère parler ici ce sont les voyages, et encore plus les voyages que je fais. J’adore partager mes photos et vous emmener un peu avec moi pendant ces aventures à l’étranger. Pendant ces vacances nous avons décidé de partir quelques jours en Belgique. Près de la mer, mais pas non plus trop loin de Bruges et Gand, deux villes qu’on avait très envie de visiter. J’avais déjà été en Belgique, mais mon séjour avait été très succin et c’était composé juste d’une randonnée dans les Ardennes belges, je suis donc ravie d’avoir pu en découvrir un peu plus.  
5 jours en Belgique donc. Nous avons loué une maison sur Airbnb dans un petit village près d’Ostende, grande station balnéaire belge, Bredene. La maison était à 300 mètres de la plage. Nous avons fait de longues balades sur les dunes et profité de l’air marin. Nous avons donc aussi visité Ostende ainsi que les autres stations balnéaires de la côte belge : de Haan, Blankenberg ou encore la Panne. Aujourd’hui je voulais vous parler de ces petits villages et des balades sur la plage.

Bredene
Mini station balnéaire, très peu touristique en hiver. Le gros gros avantage c’était le calme et la proximité de la plage. Ça nous a permis de nous promener sur les dunes, de prendre l’air et de respirer un peu. Je décerne une mention honorable aux dunes qui sont vraiment très jolies. Mais bon je suis pas très objective, j’aime la mer, la plage et les dunes en toutes circonstances. alors forcément, des jolies dunes, la mer, et de longues balade, ce petit village allait remporter la partie.


Ostende
L’architecture d’Ostende même si elle n’est pas des plus belles et harmonieuse, rend très bien sur les photos et j’ai adoré photographier la ville. Comme toute station balnéaire qui se respecte, les nouveaux immeubles sont immenses et pas toujours très beaux, ça donne une ambiance toute particulière mais pas moins appréciable.

L’ambiance était à Noël et même le 25 tout le monde était de sortie dans les rues et buvait des verres de vin chaud sur le marché de Noël. C’était super surprenant parce qu’on ne s’attendait pas à voir autant de monde dehors un 25 décembre. Se balader le long de la plage, puis sillonner les petites rues animées et décorées de la ville était vraiment sympa. Ça change des Noël toujours pareils, ça fait du bien de sortir de sa zone de confort de temps en temps.








De Haan
Encore une station balnéaire, vous l’aurez deviné. De Haan m’a beaucoup fait penser à Deauville, elle se compose de belles et grandes maisons, qui valent les yeux de la tête. Mais encore une fois, ce qui nous a le plus plu c’est faire une balade sur l’immense plage de la ville. Et mes photos l’illustrent bien : la plage, la plage, la plage et encore la plage.





Maintenant que je suis rentrée, il faut que je me replonge dans les révisions parce que mes partiels commencent dans moins d’une semaine et que j’ai encore une tonne de choses à faire et à réviser. Je vous retrouverai donc quand je serais débarrassée de mes examens, ou du moins quand j’en aurais moins, en milieu ou fin de semaine prochaine.
Je vous souhaite du courage si vous avez-vous aussi des partiels, examens, bac blanc etc. 
Plein de love.

Louisa   

les films cuculs à Noël

            Si il y a bien un truc que j'adore sur cette terre, ce sont les films, et plus particulièrement les films américains bien cuculs et bien nuls. Vous savez le type de film à l'eau de rose là, que la plupart des gens apprécient très peu. Bien entendu je sais apprécier les bons films aussi, mais quand j'ai besoin de me vider le cerveau, les films cuculs, il y a rien de mieux. En cette période de fêtes de fin d'année j'aime d'autant plus en regarder, puis j'aime aussi regarder des vieux téléfilms de Noël. Alors j'ai trouvé un combo parfait entre les deux : les films cuculs qui se passent à la période des fêtes. Et comme je me dis que je ne dois pas être la seule à aimer ça, je viens en partager quelques uns avec vous. 



L o v e  A c t u a l l y : C'est un de mes films préféré de la vie, et de cette catégorie surtout parce que j'aime plein d'autres films et je pense pas réellement en avoir un préféré. Si je me demande quoi regarder comme film con durant la période de Noël j'hésite jamais une seconde et je regarde Love Actually. J'aime les histoires qui se mêlent les unes aux autres, les personnages sont touchants et j'adore quasi tous les acteurs.
Bande annonce (cliquez)                                                             Mon avis :              
Résumé : L'amour est partout, imprévisible, inexplicable, insurmontable. Il frappe quand il veut et souvent, ça fait pas mal de dégâts. Pour le nouveau Premier Ministre britannique, il va prendre la jolie forme d'une jeune collaboratrice. Pour l'écrivain au cœur brisé parti se réfugier dans le sud de la France, il surgira d'un lac. Il s'éloigne de cette femme qui, installée dans une vie de couple ronronnante, suspecte soudain son mari de songer à une autre. Il se cache derrière les faux-semblants de ce meilleur ami qui aurait bien voulu être autre chose que le témoin du mariage de celle qu'il aime. Pour ce veuf et son beau-fils, pour cette jeune femme qui adore son collègue, l'amour est l'enjeu, le but, mais également la source d'innombrables complications. En cette veille de Noël à Londres, ces vies et ces amours vont se croiser, se frôler et se confronter..

T h e  H o l i d a y : J'ai regardé ce film hier soir et pour tout avouer, c'est lui qui m'a donné envie d'écrire cet article. Je suis amoureuse de Jude Law, premier point. Mais j'aime aussi beaucoup le "concept" du film. Il est joyeux, il y a de l'amour, de l'espoir, des fêtes de fin d'année, c'est tous les bons ingrédients pour un film cucul de Noël, vous l'aurez compris 
Bande annonce (cliquez)                                                             Mon avis : 
Résumé : Une Américaine (Amanda) et une Anglaise (Iris), toutes deux déçues des hommes, décident, sans se connaître, d'échanger leurs appartements. Iris, va débarquer dans une demeure de rêve tandis que la distinguée Amanda découvre une petite maison de campagne sans prétentions. Les deux femmes pensent passer de paisibles vacances loin de la gent masculine, mais c'était sans compter l'arrivée du frère d'Iris dans la vie d'Amanda, et la rencontre de Miles pour Iris.


L e  C o m e - B a c k : Ça fait un bout de temps que je n'ai pas vu ce film mais je crois me souvenir qu'il m'avait vraiment bien plu. Je me souviens plus trop non plus s'il se passe à la période de Noël (donc il y a de fortes chances pour qu'il n'entre pas totalement dans cette catégorie). Mais j'ai quand même un argument de taille : Hugh Grant qui fait partie d'un de mes acteurs favoris.
Bande annonce (cliquez)                                                             Mon avis :  
Résumé : Le chanteur pop Alex Fletcher a connu la gloire dans les années 80, avant d'en être réduit à hanter les podiums des parcs de loisirs, foires agricoles et autres temples de la chansonnette rétro. Ce talentueux musicien, que chacun croit fini, se voit cependant offrir un come-back de la dernière chance lorsque la jeune diva Cora Corman l'invite à écrire et enregistrer en duo avec elle une chanson de son prochain album. L'ennui est qu'Alex n'a rien composé depuis dix ans, qu'il n'a jamais été parolier... et qu'il doit livrer son chef-d'oeuvre dans la semaine ! C'est alors qu'entre en scène la fantasque et craquante Sophie Fisher, dont le verbe haut en couleur, aussi inventif qu'imagé, ravit notre artiste. Celle-ci hésite à collaborer avec un personnage aussi léger qu'Alex, mais la musique, qui sait si bien adoucir les mœurs, a aussi le don d'enflammer les cœurs.


N e w   Y e a r ' s   E v e (Happy New Year)  : Celui là il se passe pas pendant Noël, mais pendant le nouvel-an. Bref, on retrouve bien l'esprit fêtes de fin d'année. Le film est très semblable à Love Actually ou encore Valentine's Day, pour les connaisseurs. C'est un mélange de plusieurs histoires croisées mais qui sont toutes plus ou moins collées les unes aux autres. Encore une fois : amour, amitié, trahison, etc, tous les ingrédients sont là. Petit plus du film : il se passe à New York et vous savez peut-être qu'il y a de jolies célébrations pour le nouvel-an sur Times Square, c'est très sympa à voir (même en film)
Bande annonce (cliquez)                                                             Mon avis :  
Résumé : "Happy New Year" célèbre l’amour, l’espoir, le pardon, les secondes chances et les nouveaux départs, à travers les histoires entremêlées de couples et de célibataires, racontées au milieu du rythme effréné et des promesses de la ville de New York pendant la nuit la plus éclatante de l’année.



L e  j o u r n a l  d e  B r i d g e t  J o n e s (1 et 2) : Les films qu'on ne peut pas oublier de mentionner dans un article comme celui-ci. Alors oui on les as tous déjà vu au moins 3 fois, oui ils sont pire que cuculs, pire que nazes et sans grand intérêt mais on va quand même les regarder (comme tous les ans non ?) et on va quand même apprécier, parce que parfois c'est cool de regarder des vrais navets.  
Bande annonce 1 2  (cliquez)                                                             Mon avis :  
Résumé (1) : A l'aube de sa trente-deuxième année, Bridget Jones, employée dans une agence publicitaire à Londres, décide de reprendre sa vie en main. Pour ce faire, elle dresse une liste de bonnes résolutions : La première : tenir un journal intime. La deuxième : trouver un petit ami, voire même l'homme idéal. Pourquoi ne pas s'habiller sexy pour se faire remarquer par Daniel Cleaver, son patron ? Et pas question de sortir avec l'insupportable Mark Darcy, un ami d'enfance ! Celui-ci est l'incarnation de tout ce que Bridget déteste chez un homme. En plus, il fréquente une peste mondaine répondant au doux nom de Natasha. La troisième : perdre du poids. Et la quatrième : arrêter de fumer.
(2) : Bridget Jones a enfin trouvé l'amour. Elle vit une passion idéale avec le séduisant Mark Darcy. Pourtant, l'apparente dévotion de celui-ci ne suffit pas à calmer les angoisses chroniques de la jeune femme. D'abord, il y a Rebecca, cette bombe abominablement jeune et horriblement séduisante, qui rôde. Et puis, il y a également l'ancien patron de Bridget, Daniel, toujours aussi honteusement irrésistible. Ajoutez à cela sa carrière de journaliste à mener aux quatre coins du globe sans oublier les conseils douteux de ses proches et vous avez une idée de l'ampleur de la catastrophe qui s'annonce. Pour sauver le bonheur qu'elle n'a même pas encore réussi à se construire, Bridget va devoir affronter le monde entier... en commençant par elle-même 

Louisa 

7 points positifs à une rupture

            J'ai toujours dit que je voulais pouvoir aborder n'importe quel sujet sur ce blog, et je le fais de plus en plus. C'est pour ça qu'aujourd'hui je me lance dans cet article qui me tient particulièrement à cœur et qui me touche actuellement, même si il y a plus drôle. Comme vous le savez peut-être si vous me suivez sur Twitter, je me suis très récemment séparée de mon copain après 11 mois de relation. Au début j'ai un peu hésité à en parler, mais bon j'en avais parlé quand on s'était mis ensemble, je parlais souvent de lui, alors à quoi bon cacher la rupture ? 

Donc si je suis là c'est que je vais plutôt bien, j'ai beaucoup relativisé et j'ai réussi à trouver des points positifs à cette séparation même si c'est pas toujours évident. Puis je me suis dit que (comme toujours) j'aurais bien envie d'écrire un peu à propos de ça et pourquoi essayer d'aider des gens qui ont du mal à se relever d'une rupture. 

#1  V I V R E  S A  V I E T R A N Q U I L L E : Personnellement le meilleur point positif que j'ai trouvé, c'est que j'allais pouvoir partir faire mon Erasmus sans me préoccuper de ce que laissais derrière, sans avoir peur que ma relation s'essouffle à distance, sans avoir à me m'occuper de recoller les morceaux en étant à 2000 kilomètres de chez moi. Mais ça c'est pas le cas pour tout le monde, parce que tout le monde n'est pas dans cette situation et c'est forcément plus dur de relativiser.

#2  P R O F I T E R : Le second point, qui rejoint un peu le premier, c'est que je me suis dit que j'allais plus avoir besoin de faire ma vie par rapport à quelqu'un. J'explique : pendant mon Erasmus je comptais rentrer en France pour voir mon (copain/ex ??) et puis bah finalement je n’aurai pas besoin de le faire, je vais en profiter pour voyager, pour profiter de mon expérience en immersion sans rentrer en France de mon séjour. Aussi, après mon Erasmus je dois faire un stage d'au moins 4 mois et demi, là encore je devais repasser en France, mais finalement je vais faire un stage plus long, avoir plus d'expérience, profiter plus. Je vais vivre ma vie pour moi, même si jamais je n'aurais sacrifié quoi que ce soit pour un mec. 

#3  E N C O R E  D E S  T R U C S  A  V I V R E : C'est peut-être un peu con à dire, mais une des première choses que je me suis dit c'était "de toutes façons te met pas dans tous tes états, tu as 19 ans, c'était ta première relation longue, donc oui c'est triste, mais tu auras d'autres relations, d'autres peines de cœur, ça sert à rien de perdre foi en tout alors que t'as encore un milliard de trucs à vivre".  

#4  T R A V A I L L E R  P L U S : En cette fin d'année mon stress augmente, toute mon année universitaire repose sur mon premier semestre, j'ai énormément de boulot et plein de trucs à faire, mes partiels et je me dis que maintenant je n'ai plus que ça en ligne de mire, je peux ne penser plus qu'à ça, je peux passer mes week-ends à bosser sans avoir à sortir. Juste bosser pour moi et avoir des notes badass pour réussir ma vie. (oui encore une fois c'est débile, mais on se raccroche à ce qu'on peut et c'est ce que j'essaie de vous expliquer)

#5  P O U V O I R  S E  P L A I N D R E : Moi qui adore me plaindre, j'ai été servie j'ai eu toutes mes copines prêtes à m'écouter chouiner quand j'avais même pas grand-chose à dire, et elles m'ont donné plein d'amour et ça ça fait quand même du bien. 

#6  Y  A  P I R E : Il y a plus grave dans la vie, c'est bateau oui, mais c'en est pas moins vrai. Alors ça va être dur au début, puis petit à petit ça va aller mieux et arrivera un moment où tu te dira même « wah j’ai été con d’en faire toute une montagne alors que c’était pas si grave que ça.

#7  E T  P U I S  B O N : ... 1 de perdu, 10 de retrouvés (wink wink wink) 

30 faits sur moi

            J'ai vu cet article sur plein de blogs et notamment sur celui de Carnet Prune. J'avais bien envie de le faire depuis un petit moment, et puis c'est un sujet assez facile à aborder, facile à rédiger et c'est ce qu'il me fallait. Sans plus tarder, vous allez en découvrir un peu plus sur moi et sur ma face cachée !

                                                            30 faits sur moi (oui vraiment)
            #1 Je suis de nature dépensière mais depuis que j'ai gagné mon propre argent en travaillant, je ne dépense presque plus rien. Et tout ce que j'ai je le garde pour financer, mes stages, mes voyages, mon Erasmus #2 Je déteste les tomates #3 J'ai un frère de 17 ans et une sœur de 14. Donc je suis l'aînée #4 Mes parents nous ont acheté un chien quand j'avais 10 ans parce que mon frère en voulait absolument un, alors que j'en avais une peur bleue #5 Ma plus grande "passion" dans la vie c'est d'apprendre les langues vivantes (d'où mes études) #6 Du coup : je fais de études de traduction et d'interprétariat # 7 Mon projet secret pas du tout secret, c'est de prendre une année off après mes études et partir faire le tour du monde #8 J'adore critiquer les youtubeuses sur twitter (sorry not sorry) #9 J'éternue toujours deux fois de suite, parfois même trois fois #10 Je déteste le ski alors que mes parents nous y emmènent tous les ans depuis mes 6 ans, et que je suis loin d'être mauvaise 

            #11 Mes goûts musicaux sont très diversifiés, je peux écouter presque n'importe quel style de musique et l'apprécier (sauf la techno, faut pas déconner non plus) #12 Je suis accro au chocolat, je peux pas passer une journée sans en manger #13 J'ai une dent qui a poussée à l'envers, le devant est derrière et le derrière est devant #14 Je suis ultra stressée et anxieuse, mais aussi hypocondriaque, oui mais vie est très cool #15 J'adore prendre le métro #16 Une fois j'ai fait Noël sous la neige, c'était à Budapest et c'était cool. Mais j'ai toujours eu envie de passer Noël sous les tropiques #17 Quand je vois une matière qui à l'air douce, je ne peux pas m'empêcher de toucher, même si c'est la fourrure sur le manteau d'une inconnue dans le métro #18 J'utilise bien trop souvent le mot "putain" #19 J'ai toujours un billet d'un dollar sur moi pour me porter bonheur #20 Telle une grand-mère je bois de la tisane tous les soirs avant de dormir 

            #21 J'ai regardé ou je regarde 41 séries différentes #22 J'ai eu deux jobs étudiant, et dans les deux je bossais dans un supermarché. La première fois je faisais de la mise en rayon le samedi matin de 5h à 10h et la deuxième j'étais caissière. Je suis donc une pro du supermarché #23 Je ne supporte pas les gens qui hurlent au téléphone dans les transports en commun #24 Je déteste le vélo, moins j'en fais, mieux je me porte #25 J'ai eu un poisson quand j'étais en première et je l'avais appelé "chat", selon moi ça "brisait le conformisme" ... oui rien que ça #26 Quand j'étais petite j'ai toujours voulu avoir des béquilles (??) mais j'en ai jamais eu #27 Par contre je me suis cassé deux fois le poignet droit. Une fois en apprenant à faire du vélo (comme quoi) et une autre fois en apprenant à faire du snowboard #28 Mon métier "ultimate goal" c'est d'être traductrice pour l'ONU #29 J'ai visité 13 pays dans le monde, dont certains plusieurs fois à différents endroits #30 J’ai 19 mais ça ne m’empêche pas de dormir avec un doudou, le doudou que j’ai depuis ma naissance d’ailleurs



Si j'ai bien une chose à dire, c'est que c'était pas évident de trouver tout ça ! 
See you, 
Louisa

carte postale #3 : SAINT MICHEL – NOTRE DAME

          C'est indéniable, je suis amoureuse de Paris. Peu importe la météo, peu importe les circonstances, j'aime Paris. Et je vous l'avais déjà dit, même si j'y vais très souvent, si j'y passe mes journées, je suis toujours autant une touriste. Hier j'y ai fait un tour et je suis allée dans le quartier de Saint Michel, près de Notre Dame, un quartier que j'affectionne tout particulièrement. Il est toujours animé, toujours beau, fidèle à lui-même.

J'ai pris un café en terrasse avec une copine, on s'est un peu baladées le long de la Seine et on était contentes. Forcément on a pris quelques photos et ces quelques photos j'ai eu envie de vous faire une carte postale, parce que vraiment j'aime bien ce concept. Je trouve ça cool de vous montrer juste des petits fragments de vie, de choses que je vois, des trucs qui égayent ma journée.


(désolée pour les photos dont la qualité laisse un peu à désirer, mais cette sortie étant totalement imprévue, je n'avais pas de quoi faire de vraies belles photos.. alors celles-ci c'est juste histoire de) 

Paris je t'aime si fort // ma France je t'aime tellement

            Il y a des moments où tu as incroyablement besoin d'écrire, même si le moment est pas forcément bien choisi. Même si les gens considèrent qu'il vaut mieux attendre. Depuis hier soir je sais même pas comment je me sens, je suis triste, j'ai peur mais je suis révoltée. Et puis parfois je vois des jolies choses, de la solidarité et ça va mieux. 

Depuis hier soir j'ai mal à la tête, j'ai dormi 5 heures, je suis scotchée à la télé, à mon portable, j'actualise, dans quel but, je sais pas trop. J'ai l'impression que c'est plus possible de vivre normalement, je voudrais rester enfermée chez moi même si c'est pas la solution. C'est le bordel, comment on en est arrivés là ? J'ai eu envie de vomir, je suis restée accrochée aux toilettes pendant de longues minutes, j'ai pleuré. Beaucoup pleuré. Je me suis réveillée avec de grosses coulées de maquillage sur les joues, j'ai pleuré. 

Puis plusieurs fois depuis hier soir je me suis demandée si c'était vraiment vrai. D'un coup ça prend je me dis "non c'est pas possible c'est pas vrai, c'est pas réel" mais en fait si. En fait si et ça me brise en cœur en morceau. Depuis hier soir je suis bien trop triste, j'ai l'impression d'avoir du plomb sur la poitrine. J'ai le cœur en miettes mais je suis pas la seule. Et moi ça va, mes proches vont bien, je n'ai perdu personne. Mais j'ai le cœur en miettes, et j'estime que c'est légitime. Après tout on a tous le cœur en miettes non ? J'ai le cœur en miette, le cœur brisé, le cœur serré, mais ça ira. Et puis t'as des mots qui reviennent, des mots que tu dis plusieurs fois sans vraiment t'en rendre compte "putain mais quelle horreur", "c'est atroce", "c'est un cauchemar". 

Je veux pas avoir peur, mais là faut dire que c'est difficile. Je serais toujours la première à dire haut et fort qu'on a toujours pas peur et que des cons ne nous mettrons pas à genoux. Encore une fois, on voit de la solidarité et ça, ça me réchauffe le cœur. Après un acte inhumain et atroce, nous on sait faire preuve d'humanité (ou du moins je l'espère). Je vais faire comme si j'avais pas peur, comme si j'avais pas peur et que j'étais au dessus de ça, au dessus des imbéciles, de la connerie et de tout ce qui me touche au plus profond de mon cœur. 

♡ ♡ ♡ ♡ ♡ ♡ ♡ ♡ 

Dans le cadre de mes études, je dis souvent que j'ai hâte de partir à l'étranger, mais ma France je t'aime tellement que si je te quitte c'est pour mieux te retrouver. 


focus série : SWITCHED AT BIRTH

            Il y a un truc dont je ne vous ai jamais parlé ici et qui pourtant prend une grande place dans ma vie : ce sont les séries. Pourtant j'en ai suivi/ j'en suis 39 en tout. Et avec mes amies c'est un grand sujet de discussion et pourtant je le mentionne très rarement ici ou sur les réseaux sociaux. Donc voilà, j'ai envie de vous en parler, mais j'ai pas envie de faire un top 5 et de devoir choisir entre des séries qui n'ont rien à voir entre elles. J'ai décidé de me focaliser sur une série en particulier, et pourquoi pas refaire ça plus tard pour une autre série. Aujourd'hui je vais vous parler de switched at birth, une série que j'ai découverte quand j'étais à Berlin pour mon stage. et qui m'a énormément plu, pour de nombreuses raisons. 

Switched at birth qu'est ce que c'est ?

 L'histoire de base de la série, c'est deux filles qui ont été échangées à la naissance, et leur familles respectives ne s'en rendent compte que 16 ans plus tard. Ils veulent alors rattraper le temps perdu, faire connaissance avec les filles et les inclure dans leur vie. Mais c'est pas évident, les deux familles viennent de milieu très différents. L'une des filles est sourde, plein d'obstacles viennent s'ajouter et forcément ça rend tout ça plus compliqué, mais ça crée aussi plein de rebondissements pour le téléspectateur, et ça rend la série très attractive et addictive, si j'ose dire.  

Personnellement j'adore les séries qui sont "réelles", ancrées dans la réalité, mais qui ont quand même un petit quelque chose qui fait qu'on s'y accroche. et cette série réussi parfaitement à allier tout ce que j'aime, sans en faire des tonnes non plus. 



Les points positifs de la série : 

 Ce que j'ai adoré dans la série, c'est quelle répondait à presque toutes mes attentes. Mais en plus, des sujets très importants sont traités et ils sont très bien traités. Déjà on a l’occasion d'en apprendre de tonnes sur la surdité, parce que bon faut pas se le cacher, on y connait quand même pas grand chose quand on est pas directement confrontés à la situation. Mais en plus, les acteurs qui jouent des sourds dans la série sont réellement sourds, et je trouve que c'est vraiment un plus et quelque chose qu'on voit assez rarement, car la plupart du temps les sourds dans les films ou séries sont joués par des acteurs qui ne sont pas sourds. Dans la série certains personnages ne parlent pas, ils ne pratiquent que la langue des signes, et même si c'est perturbant au début, je trouve que c'est vraiment intéressant et ça donne à la série tout son cachet. 

Mais il n'y a pas que ça. On traite de la place de la femme dans la société, du viol (de manière vraiment bien d'ailleurs, c'est à dire qu'il est dénoncé la façon bien trop récurrente dans notre société dont les victimes sont "accusées" et je trouve que ça fait du bien de voir ça), de la place de la surdité et du rapport que l'on entretient face au handicap, mais on parle aussi de l'avortement, du sexisme, de la façon dont les hommes traitent l'image des femmes. Le gros plus c'est que les femmes dans cette série ont de supers rôles, la série hurle le "girl power" et bon, qu'on se le dise : ça fait plaisir. Les personnages sont confrontés à des situations plus ou moins difficiles, la mort, la prison, les mensonges. Vous allez me dire "comme dans toute autre série", oui je sais, mais la façon dont c'est traité dans switched at birth, ça change, c'est frais et c'est cool ! 

Les points négatifs de la série : 

  Même si je trouve qu'il n'y en a pas énormément, il y en a quand même. Et "heureusement" parce que la série parfaite, ça n'existe pas et ça serait sûrement un peu chiant. Pour moi, il y a deux points négatifs : le premier c'est que les personnages ne sont pas très diversifiés, dans le sens où ce ne sont quasiment que des blancs, hétéros etc. Après comme il y a la présence de sourds, peut être que les producteurs ont préféré en rester là au niveau de la diversité, mais c'est dommage. 

Le deuxième point c'est les relations entre hommes et femmes. Ou plutôt entre les filles et les garçons, puisque ça concerne surtout les adolescents. Il n'y a aucune amitié fille-garçon possible dans cette série. Ou alors elle est très courte et se transforme vite en histoire "d'amour". Les personnages accumulent des conquêtes, des ami(e)s qui deviennent plus tard leur copain ou leur copine. C'est vraiment dommage et ça réduit un peu l’intérêt des relations entre personnages. Ça nous ferait presque oublier que d'autres alternatives sont possibles. 


Mais bon comme vous l'aurez compris je suis quand même une grande fan de cette série, et je ne peux que vous la conseiller. Ceux qui préfèrent le fantastique ou les séries à la game of thrones, s'abstenir, celle là c'est une série très très terre à terre. 
Sur une note un peu différente, je suis ravie de conclure cet article en constatant que j'arrive depuis quelques semaines à être assez régulière dans ma publication d'articles, c'est vraiment cool. J'ai l'impression d'enfin réussir à gérer correctement les différents aspects de ma vie et d'avoir du temps pour tout et ça : c'est cool ! 

mon stress et moi

                Je suis de nature stressée, anxieuse, je le sais. Mais j'ai réalisé il y a peu de temps que mon stress n'était pas seulement "de passage", c'est à dire que je ne me met pas seulement à stresser quand je dois passer un oral de géopolitique anglaise devant toute ma promo. Bien sûr que dans ces moments là je stresse. Mais ce stress là encore tout le monde l’expérimente plus ou moins dans sa vie. Moi mon stress (et il doit être comme ça chez bien d'autres gens) il est intérieur, il est constant, il s'en va jamais et il me bouffe la vie

                Alors non ma vie n'est pas non plus des plus stressantes, j'ai un toit sur la tête, je mange à ma faim, je suis bien entourée, on peut croire que j'ai pas besoin d'être anxieuse. Mais bon, bullshit, le stress et l'anxiété c'est pour tout le monde, on partage, même quand on a pas forcément de problèmes apparents. Mon premier problème d'anxiété je dirais que c'est que je suis légèrement (ou fortement) hypocondriaque sur les bords. D'aussi loin que je me souviennes, mes premières crises remontent à quand j'étais en CM1 ou en CM2, il y a 10 ans donc. A ce moment là j'étais persuadée sans arrêt que dès que j'avais mal au ventre c'était l'appendicite, alors que non. Une fois j'ai bu de l'eau qui était dans une bouteille restée probablement trop longtemps dans ma chambre, le lendemain j'avais mal au ventre, dans ma tête c'était la tempête, je pensais que je m'étais intoxiquée, j'avais 9 ans, coucou. Puis au fur et à mesure je suis passée par toutes sortes de cancer, la leucémie quand j'avais un bleu, une rupture d'anévrisme quand j'avais mal à la tête, l'appendicite toujours, un traumatisme crânien quand il m'arrivait de me cogner dans un mur, une alopécie quand je perdais mes cheveux, une rage de dents quand j'avais une douleur. 10 ans plus tard j'arrive un peu plus à me raisonner, je fais des crises moins souvent, mais c'est quand même une source d'anxiété qui reste très dure à gérer et qui fait chier tout le monde, moi inclue. 

                Puisque n'être qu'hypocondriaque ça serait pas drôle si ça ne s'accompagnait pas d'autre chose, je pense que j'ai des soucis psychologiques. Je dis ça comme ça, je me moque de moi même, mais en vérité je ris pas du tout, du tout, du tout. En grandissant la vie nous apporte un joli lot de stress supplémentaires. Quand on se met déjà pas mal la pression, autant dire qu'ajouter encore du stress à cette pression journalière c'est vraiment moyen. Le temps des premiers examens est arrivé, des concours pour les écoles, les dossiers d'inscriptions, des deadlines. Le bac, passe encore. Mais alors mon anxiété n'a jamais été aussi importante que depuis que je suis en études supérieures. Certains trouveront ça débile et ne comprendront pas, mais j'ai la pression, pourquoi : bonne question. Sûrement parce que j'ai pas envie de rater, parce que je veux donner tout ce que j'ai et que j'estime que c'est important. Alors ne pas trouver de stage, ou de logement dans un pays étranger, choisir une destination où partir en Erasmus, trouver un autre stage, un autre logement, encore un stage, s'occuper des dossiers, valider son année, penser à l'argent à dépenser, à l'argent à économiser, oui ça me stresse. 

Et grâce à toutes ces jolies tâches qui occupent mes pensées et mes journées depuis plusieurs mois maintenant, j'ai enfin compris pourquoi par périodes je mangeais plus, je perdais énormément de cheveux, je me rongeais les ongles. Tout ça c'est parce que je suis stressée, et jusqu'à maintenant je m'en rendais pas vraiment compte. Oui j'avais la pression mais bon de là a dire que ça me mettait dans un stress permanent .. quand même! Eh oui, finalement, je suis sous un stress inconscient et permanent, how nice. 

Sans dire que j'arrive à faire disparaître ce stress, je peux au moins dire que j'ai quelques trucs pour essayer de le minimiser un peu, même si c'est pas toujours très concluant. Bon truc trop cliché, j'essaie d'être organisée un minimum et donc pour m'aider à m'éclaircir l'esprit etc je fais des listes, la plupart du temps c'est des listes de choses à faire. Il m'arrive aussi de me faire des plannings de travail et de choses à faire. Même si je le suis pas forcément après, sur le moment je suis soulagée d'une petite part de stress. 
Dernièrement j'ai commencé à prendre un rythme de vie plus sain, j'essaie de respecter la règle des trois 8 (du mieux que je peux on va dire) 8h de sommeil, 8h de travail et 8h de loisirs dans la journée. et quand tu réussis à t'organiser comme ça, ton rythme de vie devient plus sain et forcément ça réduit un peu le stress. J'ai aussi décidé de me remettre au sport (pas forcément dans le but de réduire mon stress mais au final ça marche aussi un peu selon moi), et de manger plus sainement. Alors je vois principalement des effets sur ma peau, mon corps et quelques fois mon humeur, pour mon stress je sais pas encore si ça marche. Mais je me dis que ça ne peut pas me faire du mal à ce niveau là. J'essaie aussi de ne plus me plonger vers la nourriture à partir du moment où je suis stressée, même si ça me soulage quelques temps, très vite ça devient encore pire et c'est un cercle vicieux. 

Bref, vous l'aurez compris, je n'ai pas de recette miracle, je perds toujours mes cheveux, je me ronge toujours les ongles, mais moins j'y pense et plus ça passe. J'ai tendance à  penser que c'est un peu un travail sur soi qu'il y a réaliser, même si c'est bien souvent plus facile à dire qu'à faire.