mon stress et moi

                Je suis de nature stressée, anxieuse, je le sais. Mais j'ai réalisé il y a peu de temps que mon stress n'était pas seulement "de passage", c'est à dire que je ne me met pas seulement à stresser quand je dois passer un oral de géopolitique anglaise devant toute ma promo. Bien sûr que dans ces moments là je stresse. Mais ce stress là encore tout le monde l’expérimente plus ou moins dans sa vie. Moi mon stress (et il doit être comme ça chez bien d'autres gens) il est intérieur, il est constant, il s'en va jamais et il me bouffe la vie

                Alors non ma vie n'est pas non plus des plus stressantes, j'ai un toit sur la tête, je mange à ma faim, je suis bien entourée, on peut croire que j'ai pas besoin d'être anxieuse. Mais bon, bullshit, le stress et l'anxiété c'est pour tout le monde, on partage, même quand on a pas forcément de problèmes apparents. Mon premier problème d'anxiété je dirais que c'est que je suis légèrement (ou fortement) hypocondriaque sur les bords. D'aussi loin que je me souviennes, mes premières crises remontent à quand j'étais en CM1 ou en CM2, il y a 10 ans donc. A ce moment là j'étais persuadée sans arrêt que dès que j'avais mal au ventre c'était l'appendicite, alors que non. Une fois j'ai bu de l'eau qui était dans une bouteille restée probablement trop longtemps dans ma chambre, le lendemain j'avais mal au ventre, dans ma tête c'était la tempête, je pensais que je m'étais intoxiquée, j'avais 9 ans, coucou. Puis au fur et à mesure je suis passée par toutes sortes de cancer, la leucémie quand j'avais un bleu, une rupture d'anévrisme quand j'avais mal à la tête, l'appendicite toujours, un traumatisme crânien quand il m'arrivait de me cogner dans un mur, une alopécie quand je perdais mes cheveux, une rage de dents quand j'avais une douleur. 10 ans plus tard j'arrive un peu plus à me raisonner, je fais des crises moins souvent, mais c'est quand même une source d'anxiété qui reste très dure à gérer et qui fait chier tout le monde, moi inclue. 

                Puisque n'être qu'hypocondriaque ça serait pas drôle si ça ne s'accompagnait pas d'autre chose, je pense que j'ai des soucis psychologiques. Je dis ça comme ça, je me moque de moi même, mais en vérité je ris pas du tout, du tout, du tout. En grandissant la vie nous apporte un joli lot de stress supplémentaires. Quand on se met déjà pas mal la pression, autant dire qu'ajouter encore du stress à cette pression journalière c'est vraiment moyen. Le temps des premiers examens est arrivé, des concours pour les écoles, les dossiers d'inscriptions, des deadlines. Le bac, passe encore. Mais alors mon anxiété n'a jamais été aussi importante que depuis que je suis en études supérieures. Certains trouveront ça débile et ne comprendront pas, mais j'ai la pression, pourquoi : bonne question. Sûrement parce que j'ai pas envie de rater, parce que je veux donner tout ce que j'ai et que j'estime que c'est important. Alors ne pas trouver de stage, ou de logement dans un pays étranger, choisir une destination où partir en Erasmus, trouver un autre stage, un autre logement, encore un stage, s'occuper des dossiers, valider son année, penser à l'argent à dépenser, à l'argent à économiser, oui ça me stresse. 

Et grâce à toutes ces jolies tâches qui occupent mes pensées et mes journées depuis plusieurs mois maintenant, j'ai enfin compris pourquoi par périodes je mangeais plus, je perdais énormément de cheveux, je me rongeais les ongles. Tout ça c'est parce que je suis stressée, et jusqu'à maintenant je m'en rendais pas vraiment compte. Oui j'avais la pression mais bon de là a dire que ça me mettait dans un stress permanent .. quand même! Eh oui, finalement, je suis sous un stress inconscient et permanent, how nice. 

Sans dire que j'arrive à faire disparaître ce stress, je peux au moins dire que j'ai quelques trucs pour essayer de le minimiser un peu, même si c'est pas toujours très concluant. Bon truc trop cliché, j'essaie d'être organisée un minimum et donc pour m'aider à m'éclaircir l'esprit etc je fais des listes, la plupart du temps c'est des listes de choses à faire. Il m'arrive aussi de me faire des plannings de travail et de choses à faire. Même si je le suis pas forcément après, sur le moment je suis soulagée d'une petite part de stress. 
Dernièrement j'ai commencé à prendre un rythme de vie plus sain, j'essaie de respecter la règle des trois 8 (du mieux que je peux on va dire) 8h de sommeil, 8h de travail et 8h de loisirs dans la journée. et quand tu réussis à t'organiser comme ça, ton rythme de vie devient plus sain et forcément ça réduit un peu le stress. J'ai aussi décidé de me remettre au sport (pas forcément dans le but de réduire mon stress mais au final ça marche aussi un peu selon moi), et de manger plus sainement. Alors je vois principalement des effets sur ma peau, mon corps et quelques fois mon humeur, pour mon stress je sais pas encore si ça marche. Mais je me dis que ça ne peut pas me faire du mal à ce niveau là. J'essaie aussi de ne plus me plonger vers la nourriture à partir du moment où je suis stressée, même si ça me soulage quelques temps, très vite ça devient encore pire et c'est un cercle vicieux. 

Bref, vous l'aurez compris, je n'ai pas de recette miracle, je perds toujours mes cheveux, je me ronge toujours les ongles, mais moins j'y pense et plus ça passe. J'ai tendance à  penser que c'est un peu un travail sur soi qu'il y a réaliser, même si c'est bien souvent plus facile à dire qu'à faire. 


Comment je me suis (re)mise à la course à pied ?

                Début septembre j'ai eu envie de me (re)mettre à la course à pied, et très étonnement je m'y suis remise; (non sans difficulté au début bien entendu). Mais ça a été moins dur que ce que je pensais. Pour marquer le coup j'ai téléchargé l'application Nike running + j'en avais entendu beaucoup de bien, j'ai ressorti mes chaussures du placard, ma tenue et je suis partie. Mais je pense qu'en réalité ce retour à la course à pied dépendait de nombreux autres détails.
Pourquoi je me suis mise à la course à pied ? Dans quel but, quelles motivations ?
Pourquoi je m'y suis remise c'est assez simple : pour ne rien cacher, j'avais pas faut de sport depuis un bout de temps, je me suis laissée déborder par mon emploi du temps, mes révisions, mes partiels, puis mon stage et mon petit job. Alors j'en suis arrivée à un moment où je me trouvais flasque et grosse, j'avais perdu tous mes muscles, moi qui était sportive avant. J'avais aussi repris du poids, moi qui en avait perdu pas mal.
Je me suis fixée un but sans le savoir, sans y penser, sans me dire que ça serait le déclic qui me ferait repartir. Parce qu'en réalité, vous savez comment c'est de se dire qu'on va y aller, mais vous savez aussi comment c'est d'avoir la flemme de regarder par la fenêtre le temps et puis finalement se dire qu'on va rester dans son lit non ? Alors mon déclic ça a été quand deux de mes copines m'ont dit qu'elles s'étaient inscrite à la course Odyssea le 4 octobre. J'avais même pas encore recommencé à courir, et la dernière fois que j'avais couru c'était 20 minutes et pas plus, mais là dans ma tête je sais pas ce qu'il s'est passé, et je leur ai dit "ok bah je m'inscris et je la fais avec vous". 
          


Odyssea c'est quoi ? 

Du coup Odyssea c'est une course (on peut faire 10km ou 5km) et les inscriptions (elles sont payantes) servent à financer la recherche contre le cancer du sein. Je suis bien contente de m'être inscrite à cette course en particulier, parce que ça m'a motivé encore plus à courir, c'est une cause pour laquelle en tant que femme on a souvent envie de se battre, et de donner ce qu'on peut donner (surtout quand d'autres aimeraient tout donner mais ne peuvent pas le faire). J'ai eu mon déclic. Je devais tenir ces 5km. Je devais réussir à courir. J'avais 3 semaines pour y arriver, j'y arriverais, pour toutes les personnes qui en ont besoin. Mais aussi pour me prouver que je pouvais le faire. Et puis une amie de ma mère à eu un cancer du sein, je la connais depuis que je suis toute petite et j'ai décidé que j'allais courir pour elle et toutes les autres, et je crois qu'on ne peut pas avoir une meilleure motivation.

Qu'est ce que j'ai fait et comment je l'ai fait ?  
J'ai décidé de commencer doucement, pour éviter de souffrir en revenant d'un jogging et de me dire que c'est le dernier que j'allais faire. Je me suis fixé des objectifs pour chaque sortie jogging que je faisais. La première fois je voulais courir 15 minutes, j'ai couru 17 minutes et fait 2.380km, mais j'ai eu beaucoup de mal, j'avais même décidé de marcher 1 minutes toutes les 5 minutes pour que ça me facilite les choses. La deuxième fois j'ai fait le même système, mais je me sentais mieux et j'ai couru plus longtemps et fait plus de kilomètres (3.240km et 23 minutes). La fois d'après je voulais faire 3.5km ou courir 25 minutes et visiblement je me suis surpassée puisque j'ai couru 4.270km et 32 minutes, bon la fois d'après a été moins glorieuse et j'ai à peine couru 3km, mais j'ai quand même tenu 20 minutes. N'oublions pas que mon objectif était de faire 5km, donc j'y étais pas encore tout à fait, en courant deux fois par semaine il me restait 4 séances pour y arriver .. dur dur. Mais la première séance de la troisième semaine c'était la bonne : j'ai fait 5.380km en 40 minutes, j'étais sûre que je pouvais courir 5km, je pouvais tenir toute la course, j'allais y arriver. 

Je trouve que j'ai fait des progrès considérables en très peu de temps, je ne pensais vraiment pas que ça irait aussi vite, et que j'apprécierais autant. La course m'a aidée à me motiver et à commencer, mais maintenant mon objectif est un peu plus flou, je sais quand même que mon but ultime est de continuer à courir, de m'améliorer le plus possible, de courir plus longtemps, plus vite, mieux, de faire du bien à mon corps et à mon cerveau (parce que oui ça aère tout ça quand même). 

Et après les 5km ? C'est quoi la suite ?
J'ai couru mes 5km à Odyssea en 34 minutes, un record pour moi, j'étais très fière et contente. Même si avant de partir j'étais très stressée, j'ai fini entière et en forme, j'ai galopé comme pas possible et c'était une très bonne course. Alors évidement ça m'a donné envie de continuer (même si c'était déjà prévu), après tout pourquoi s'arrêter en si bon chemin. Dans l'ordre des choses mon nouvel objectif c'est de pouvoir courir 10km. C'est sûr que j'y suis pas encore tout à fait mais à l'heure où j'écris je reviens d'un run de 6.160km, ma plus longue distance et mon meilleur temps à ce jour, reste plus qu'à continuer sur cette jolie lancée ! 


      

Et vous, c'est quoi votre passé avec la course à pied ?
des bisous, 
Louisa

carte postale #2 : CAEN (ou presque)

                Juste avant ma rentrée lundi, j'ai décidé de m'offrir une escapade de quelques jours pour changer un peu d'air, me remettre les idées au clair et vider mon esprit avant de recommencer une nouvelle année riche en émotions. Comme vous le savez sûrement j'ai pas mal travaillé cet été et cette semaine est ma seule vraie semaine de vacances depuis un bout de temps.

 Du coup je me suis dit que j'allais en profiter, et me voilà donc pour quelques jours à Caen chez une copine qui fait ces études ici. Alors on bouge un peu dans la ville, on sort boire des verres et on a une super soirée prévue pour demain soir, mais en attendant aujourd'hui j'avais très envie d'aller faire un saut à la mer. C'est à une quarantaine de minutes en bus de Caen que l'on a passé l'après-midi, à Lion sur Mer. Et malgré le vent très très fort, c'était vraiment vraiment sympa et ça nous a fait beaucoup de bien. 

Je suis rentrée toute contente de cette après-midi à la plage, trop heureuse d'avoir vu la mer et d'avoir senti l'air marin. Et plus que prête à entamer une nouvelle année de cours (mais bon doucement quand même parce que j'ai encore 3 jours avant dont je compte bien bien bien profiter).
des bisous Normands, 

Louisa