quand tu dois faire ta valise pour 5 mois

          Vous le savez peut-être ou pas mais dans 4 jours maintenant je pars pour mon semestre erasmus à Munich pour 5 mois, première partie de mon année 2016 à l'étranger. Il y a trois semaines je disais que j'avais envie de commencer ma valise et aujourd'hui c'est bien la dernière chose que j'ai envie de faire. Je suis à la fois anxieuse, pressée, triste et à la fois heureuse mais surtout j'ai hâte de découvrir tout ça. Je sais que cette expérience va m'apporter beaucoup, je vais voir plein de choses, découvrir un milliard de trucs, rencontrer des gens, visiter des villes, vivre ma vie d'étudiante. Et pour ça : j'ai hâte ! Mais bien entendu avant de partir il faut un peu se préparer, surtout quand on part pour 5 mois. Il y a quelques semaines j'avais envie plus que tout envie de faire ma valise, et plus mon départ approche moins j'ai envie de la faire. Alors je règle mes petites affaires avant de réellement m'y mettre, je dois faire une procuration pour pouvoir voter, faire la lessive, préparer les papiers qu'il faut que j'emmène avec moi, acheter quelques trucs avant de pouvoir les mettre dans ma valise : bref toute une organisation. 

Cette expérience d'un semestre en erasmus est vraiment quelque chose que j'ai toujours voulu faire et je pense partager ça avec vous pour vous raconter mes aventures, mes anecdotes et tout, c'est le genre de trucs que j'aime beaucoup voir et lire donc je me dis que vous aimerez peut-être autant que moi que je tienne un carnet de bord. Bien sûr je n'exclus pas mes autres articles, mais j'ai tout de même envie d'orienter le blog un peu différemment en fonction de ce que je vis cette année. doooonc n'hésitez pas à me dire si ça vous tente des articles comme ça ou pas !


Donc à J-4 ma valise est exactement dans le même état que sur cette photo : je n'avance pas. J'ai juste entassé quelques trucs à ne pas oublier (mais il y en a tellement d'autres que vous ne voyez pas sur cette photos et auxquels je n'ai même pas encore pensé). Enfin bref tout cet article pour parler de ma valise, c'est un peu beaucoup. c'est très probablement le dernier article que je vais publier avant de partir alors je voulais marquer le début de mon erasmus par ce premier article fourre tout. 


On se retrouve à Munich,
Louisa

le féminisme et moi

« Attention on a une féministe au bout de la table »
          Voilà la phrase qu’a sorti mon frère en parlant de moi pendant une réunion de famille il y a deux semaines. Son but ? Me décrédibiliser, minimiser le sens de mes propos qui ne lui plaisaient pas à ce moment-là. Oui ok, mais parlons-en. Parlons de cette décrédibilisation du féminisme et parlons du féminisme. Le féminisme mais aussi mon féminisme, puisqu’on a toutes et tous un féminisme différent. Il existe un grand nombre de degrés dans le féminisme et pourtant toutes (tous ?) les féministes sont bien souvent toujours mis(es) dans le même panier. Moi j’ai décidé de me battre pour les idées qui me plaisent, de me battre contre les choses qui me révoltent. Je pense être assez modérée dans ma vision et dans ma pratique du féminisme. Ça commence à faire un petit moment que je me pose des questions et que j’essaie d’étudier des choses sur le féminisme, de lire des articles, de m’informer. Et j’estime aujourd’hui pouvoir facilement dire que je suis féministe alors qu’il y a une époque où je ne l’aurais jamais fait. Parce que pour moi être féministe, ce n’est pas être opposée aux hommes, avoir la haine des hommes, les bâcher dès qu’ils ouvrent la bouche, alors même que parfois ils se rallient juste à la cause. Etre féministe c’est surtout et avant tout vouloir l’égalité entre les hommes et les femmes. C’est pas mal non la notion d’égalité ? Personnellement je trouve même que c’est super cool et que ça serait encore plus super cool si tout le monde pouvait avoir les mêmes opportunités, les mêmes droits, les mêmes considérations et ça, peu importe leur sexe.

Au fur et à mesure du temps je déteste de plus en plus ces normes patriarcales dictées par la société depuis bien trop longtemps, que tout le monde a bien assimilé et que tout le monde (ou presque) applique sans réfléchir. Bah c’est vrai quoi, combien de fois j’ai entendu des femmes faire des remarques sexistes ? Des amies à moi se traiter elles même de « putes » parce qu’il leur arrive de choper des mecs en soirée ? Combien de femmes considèrent toujours que la femme doit obéir à l’homme ? Qu’une femme non mariée à 40 ans est une vieille fille et une paria de la société ? Que les filles devraient s’habiller « « correctement » » pour sortir, et que s’il leur arrive quelque chose, c’est forcément de leur faute et qu’elles auraient du mieux se tenir, mieux se vêtir ? Vous l’aurez compris, il y a différents points sur lesquels il me parait important de m’attarder et de donner mon avis. Ça faisait longtemps que j’avais envie de coucher mes idées sur du papier (ou sur un document word en l’occurrence) déjà pour les ordonner un peu, puis pour pouvoir partager mais aussi échanger (si vous avez envie d’intervenir, de donner votre avis, il est le bienvenu). Je vais essayer d’aller à l’essentiel pour ne pas finir par être ennuyante mais cet article s’avère déjà être le plus compliqué que j’ai eu à écrire, et rien que cette introduction me semble déjà être bien trop longue. Je vais aborder quelques sujets que je lie au féminisme pour que vous ayez une vision générale de ce qu'est le féminisme pour moi sans avoir à m'étendre trop longtemps.




Le sexisme intégré

Il me semble que ce qui m'énerve le plus et qui me fait dire que je suis féministe c'est réellement le sexisme intégré. Alors on connait tous bien le sexisme, le sexisme ordinaire, le sexisme au travail. Mais le pire c'est sûrement le sexisme intégré, résultant du fait que l'on a intégré des normes et des us qui paraissent "normaux" et que l'on reproduit le schéma. Et ce sexisme intégré on le retrouve partout, tout le temps, et notamment dans les sujets que je vais aborder après. Moi même il m'a fallu du temps avant de réellement me rendre compte que le sexisme était partout, dans chaque situation de la vie quotidienne ou presque. Le pire ? Les femmes qui font des remarques très sexistes sans même sans rendre compte parce que dans leur tête le schéma est tellement normal qu'elles le reproduisent sans jamais se poser de question. Exemple : une femme qui te dit qu"elle a acheté de la super lingerie pour plaire à son chéri". oui mais non. Ou alors quand une femme dit qu"une fille qui porte des mini jupes est une salope" alors oui mais non, toujours pas. Bien entendu les hommes font des remarques du même style, c'est mal je le condamne, mais alors entendre des femmes dire des choses comme ça ça m'échauffe encore plus les oreilles. 

Le sexisme intégré c'est aussi mes amies qui s'amusent en soirée, qui embrassent des garçons parfois, qui boivent un peu ou un peu trop, qui sont heureuses de sortir, mais qui le lendemain te disent : "non mais tu sais je pense que je vais arrêter de choper en soirée, ça fait pute". Qu'elles décident d’arrêter de choper en soirée parce qu'elles le veulent pourquoi pas, mais quand c'est après s'être pris des remarques d'amis hommes disant que "choper 2 mecs dans la même soirée c'est abusé on a grillé que t'étais carrément venue pour choper" oui et alors et même si elle était venue pour choper, en quoi est-ce réprimandable et en quoi est-elle une "pute" ? ces mêmes mecs qui n'ont aucun soucis eux à brancher (voire plus) plusieurs filles dans la même soirée ... c'est pas un peu du foutage de gueule non

Le harcèlement de rue / dans les transports

Le fait est que les hommes semblent penser que les femmes leur appartiennent ou ils ont le droit d'exercer une sorte de pouvoir sur les femmes. Ce qui implique que bien souvent ils usent de leur bon vouloir en toutes circonstances. Et selon moi c'est de là que découle le harcèlement de rue et dans les transports. Je trouve ça simplement honteux qu'on se permette d'aborder, d'insulter, de toucher des femmes dans la rue où dans les transports, dans l'espace public en somme. Et si je me considère comme féministe c'est aussi pour cette raison, parce que les hommes ne devraient pas se sentir autorisés de faire chier des femmes qui n'ont rien demandé et qui n'ont pas envie qu'on les aborde, même si dans leur tête ce n'est peut être qu'un geste "sympa". 

Certains se permettent aussi d'aborder les femmes sous prétexte que de par leur façon de s'habiller elles l'ont "demandé" ou "mérité". Ça doit bien être la plus grosse blague du siècle, puisqu'il me semble qu'à aucun moment la femme appartenait à l'homme et encore moins que le corps de la femme appartenait à l'homme. Et qu'elles font encore bien ce qu'elles veulent de leur corps. Il en est de même pour la culture du viol et ces idées selon lesquelles la femme doit s'habiller en fonction du bon vouloir de l'homme et soit disant de façon "approprié" pour qu'elle soit tranquille et qu'il ne lui arrive rien. Mais entre nous on sait bien que même en étant "bien" habillées les femmes se font toujours aborder et apostropher dans la rue. Donc : le problème reste tout de même entier.


La place de la femme dans la société 

L'avant dernier point que je voulais aborder c'était la place de la femme dans la société, et donc représentation du corps de la femme mais aussi la place de la femme au travail / à la maison. J'ai l'étrange sensation qu'au cours du temps on a assisté à une "sacralisation" du corps de la femme, mais pas forcément dans le bon sens du terme. Le corps de la femme semble ne pas pouvoir être exposé. Tout le monde semble avoir intégré le fait qu'on ne doit pas voir des seins en public par exemple. Je constate notamment ce phénomène sur les réseaux sociaux, et plus précisément sur instagram qui supprime automatiquement toutes les photos où des seins apparaissent quand le réseau social laisse des torses masculins dénudés ou des photos bien plus "choquantes". Encore une fois, on peut le voir aussi au travers des codes sociaux et vestimentaires qui ne sont absolument pas les mêmes pour les hommes et les femmes, et qui montrent bien que la place des hommes et des femmes dans la société n'est pas la même .. il reste donc encore beaucoup de boulot. 
Concernant la place de la femme à la maison et au travail, ma position est plutôt simple : la femme fait ce qu'elle veut. Si certaines femmes préfèrent rester à la maison ok, tant que c'est ce qu'elles veulent c'est parfait. Si certaines femmes préfèrent aller travailler, très bien, si c'est ce qu'elle veut elle peut le faire. Trop de gens semblent oublier que les femmes ont aussi leur pouvoir de décision et que c'est très bien comme ça. Ce qui me gène plus c'est les femmes qui ont accepté l'idée qu'elles "doivent" faire le ménage parce que c'est "leur rôle de femme" ou même les hommes qui sont bloqués dans ce schéma aussi. J'aime pas non plus quand on oblige les femmes à prouver leur féminité, quand elles n'ont absolument pas à le faire. Et bon, voilà encore un point sur lequel les hommes et les femmes ne sont pas à égalité, et c'est bien ça qui me pose le plus de problème. 


Le féminisme "non féminisme" de certains hommes 

Je sais pas si vous avez été au courant des nouvelles du monde dernièrement, mais il y en a une qui m'a profondément choquée, c'est le fait que Starbucks ai interdit l'entrée dans leurs magasins aux femmes en Arabie Saoudite. Alors oui je trouve ça ignoble, sous prétexte de "commerce" ou de "marketing" ou que sais-je mais dans le but de pouvoir s'implanter dans un pays sans "froisser" et donc de pouvoir se faire de l'argent bien entendu, interdire l'accès aux franchises aux femmes est réellement condamnable. C'est pour cette raison que j'ai personnellement décidé de "boycotter" Starbucks. Jusque là tout va bien. Mais ce qui m'a le plus énervée dans cette affaire ce sont les bons petits mâles français qui se battent royalement les couilles de la condition des femmes en France qui sont venus crier au scandale devant cette affaire en usant de propos racistes et n'aidant absolument pas la cause féministe en France ou les conditions des femmes en Arabie Saoudite. Bref tout ça pour dire, que c'est bien beau de monter sur ses grands chevaux quand on a rien a foutre de ce qu'il se passe dans son propre pays, et qu'on se permet de juger quand on bouge pas son cul pour faire changer quoi que ce soit. 



J'ai essayé de développer mes idées au maximum dans cet article, même si je n'ai pas pu le faire totalement, je reviendrais peut-être plus tard sur certains points pour les développer un peu plus. N'hésitez pas à réagir, je serais ravie d'élargir le débats aux commentaires. 

Il faut aussi savoir que j'écris cet article depuis un bout de temps maintenant et je sais que certaines personnes ont sorti des articles concernant le féminisme que je vous conseille d'aller lire aussi (ici et ici), tout ça pour dire que loin de moi l'idée de copier qui que ce soit et j'espère que cela ne sera pas mal interprété. 


Louisa 

a day with me #2 / 13 février 2016

          Me voilà de retour pour continuer mes expéditions dans la capitale avant de partir pour 10 mois et demi. Cette fois ci l’expédition s’est faite avec Juliette samedi dernier alors qu’il faisait un temps maaaaagnifique à Paris (non). J’avais vu un reportage sur l’exposition Ai Wei Wei au Bon Marché et j’avais très très envie d’aller la voir, Juliette voulait aller au Bon Marché, elle voulait aussi prendre le goûter à la Grande Mosquée, et j’avais très envie de la visiter : une affaire rondement menée puisque ça nous a occupées toute l’après-midi. L’occasion pour moi de faire quelques photos, et encore une vidéo, puisqu’en ce moment j’aime particulièrement filmer et monter des vidéos. Elles ne sont pas dingues mais j’apprends un peu à chaque fois et j’adore les regarder de temps en temps.

Vous l’avez peut-être remarqué ou non, il y a eu un bug incroyable sur mon blog, ce qui fait qu’il n’y a plus aucune photo et de nombreux liens morts. Je n’ai pas encore eu le temps de m’en occuper mais je compte y remédier au plus vite. Cependant je vais devoir mettre hors ligne beaucoup d’articles car je n’ai plus les photos. Ça m’embête beaucoup, surtout mes articles voyages, mais bon … il y a quand même bien pire.



(n’hésitez pas à vous abonner à ma chaine youtube, de nombreuses vidéos de voyages vont arriver très bientôt et tout au long de 2016 / et puis j’ai dû la recommencer donc même si vous étiez abonnés peut-être faut-il que vous vous réabonniez puisque ce n’est plus la même) 



Louisa

QUICK EASY SUSHIS & MAKIS

          Si vous me suivez et lisez le blog depuis un bout de temps vous vous souvenez peut être de la première recette que j’avais publiée il y a de ça déjà deux ans : les sushis et les makis. Je les ai refaits pour la première fois hier et comme en ce moment je suis dans un grand délire de montage vidéo j’ai eu envie de filmer la réalisation des sushis et des makis et voir si je pouvais en faire quelque chose. Alors j’ai réussi à faire quelque chose, ce n’est pas de la grande cuisine, ni du grand montage d’ailleurs (forcément quand on utilise movie maker on est un peu limité) mais j’ai tout de même eu envie de partager ça avec vous. En cliquant sur le lien qui suit vous accéderez à la vidéo, dans laquelle vous trouverez le détail de la recette et des ingrédients, plus quelques infos complémentaires dans la barre d’information (oui je me sens très youtubeuse). Je vous recommande de regarder la vidéo sur un ordinateur, il me semble que la musique de fond est protégée par des droits d'auteur et que la vidéo ne peut donc pas être lue sur un téléphone portable. 

J’imagine bien que tout le monde ne fait pas ses sushis soit même, puisque c’est quand même long (et je trouve personnellement qu’ils sont moins bons qu’au restaurant), mais j’appréciais l’idée de partager cette vidéo avec vous. J’ai dans l’idée d’essayer de faire d’autres vidéos de rapides recettes, alors n’hésitez pas à me dire ce que vous avez pensé de celle-ci ou si l’idée vous plait.
Bon ap, et à plus,
Louisa.


a day with me / 23 janvier 2016

           Avant de partir pour Munich dans 3 semaines et demi, j’ai eu une furieuse envie de profiter du temps qu’il me restait ici. J’ai rempli mes week-ends à ras bord, de diverses activités et occupations. Au programme donc un week-end à Lille, une journée à Disneyland Paris, des expos et des visites à faire à Paris. Puis voir mes amis aussi un peu même si c’est la partie qui reste la moins évidente pour moi.

Bref en réalité je vous raconte ça juste pour vous parler de ce que j’ai fait de mon week-end du 23/24 janvier. J’avais lu un article sur le blog de Sophie qui parlait de ses musées favoris à Paris. Et dans la liste bim le Musée de l’Orangerie et les beaux Nympheas de Monnet que j’avais envie de voir depuis une éternité. C’est donc là que j’ai passé une bonne partie de mon après-midi le samedi 23 janvier. La visite n’est pas bien longue, il n’y a que deux salles avec des fresques de Nympheas (qui sont quand même très impressionnantes et magnifiques) donc on est content d’avoir moins de 26 ans et d’être un ressortissant de l’UE pour ne pas payer l’entrée du musée.

Je disais donc des fresques impressionnantes et magnifiques : c’est la vérité. J’ai été subjuguée par la beauté de ses peintures. J’ai toujours adoré les tableaux de Monnet et particulièrement certains de la collection des Nympheas que j’avais vu en expo temporaire au Grand Palais il y a quelques années. Mais ces fresques sont impressionnantes par leur taille et leur minutie, la précision des couleurs utilisées et le rendu est vraiment époustouflant. Pour conclure : si vous passez par Paris allez faire un tour au Musée de l’Orangerie, c’est gratuit (non vraiment hein, mais ayez juste moins de 26 ans) ça prend pas beaucoup de temps et on n’est pas déçus (loin de là !)




J’avais aussi envie d’une petite visite à l’air libre dans Paris. Vous me connaissez, j’adore montrer en haut des bâtiments pour voir les villes du dessus. A Paris je suis déjà montée en haut de la tour Montparnasse, de la tour Eiffel, sur les toits des Galeries La Fayette et ceux du Printemps. Mais au détour d’un tweet accompagné de photos magnifiques, Manon m’a donné envie de monter en haut ... de l’Arc de Triomphe. J’ai couplé les deux visites dans la même journée parce que les Tuileries, et donc le Musée de l’Orangerie ne sont pas loin de l’Arc de Triomphe. Et c’était d’ailleurs une journée économique puisqu’encore une fois l’accès en haut de l’Arc de Triomphe est gratuit pour les moins de 26 ans ressortissants de l’Union Européenne. Ce week-end là il ne faisait pas particulièrement beau mais ça ne gâchait pas le plaisir de la vue sur les grandes artères parisiennes. J’ai vraiment adoré le spectacle qui s’offrait à moi et je pense même retourner faire un tour là-haut un jour de beau temps ou même pour voir un beau coucher de soleil. 


Vous l’avez peut-être vu si vous me suivez sur twitter, mais je préfère le redire ici. J’ai expérimenté pendant cette journée de filmer tout ce que je faisais (ouais comme une youtubeuse) j’ai donc fait une vidéo de moins de 2 minutes qui résume parfaitement cette cool journée et elle est disponible sur Youtube si ça vous dit de la voir !

Louisa