focus série #5 : 13 REASONS WHY

Vous avez dû en entendre parler plus d’une fois, mais je ne pouvais pas ne pas revenir dessus, aujourd’hui j’ai très envie de vous parler de la dernière série Netflix que j’ai binge watché sans scrupule : 13 reasons why. Je ne vous parle ici que des séries que je binge watch, que j’aime vraiment ou qui, je pense, font passer un message positif voire essentiel, et c’est le cas pour cette série.

13 reasons why, qu’est-ce que c’est ?
C’est l’histoire de Hannah Baker, ou plutôt c’est Hannah Baker qui raconte pourquoi elle a mis fin à sa vie dans une série de cassettes. Ces cassettes sont écoutées par Clay Jensen, qui les trouve devant sa porte en rentrant du lycée un soir. Il va découvrir en même temps que le spectateur qu’elles sont les 13 raisons pour lesquelles Hannah s’est suicidée.
Bon comme ça, ça ne donne pas forcément envie mais j’ai quasi envie de dire qu’il est vraiment important que tout le monde regarde cette série.


Les points positifs
Le gros point positif de cette série c’est qu’elle aborde un gros sujet important et dont on n’entend pas tellement parler, ni sous cette forme ni sous beaucoup d’autres formes d’ailleurs : le suicide. Mais ce n’est pas le seul sujet important qu’elle aborde, puisque la série est très accès sur les causes du suicide, dans l’histoire ici c’est le harcèlement, le viol, la culture du viol, les abus, le slut shaming, et la dépression et tout ça sous couvert d’un aspect « teen série » qui rend la série assez abordable.

Un point que je soulève assez souvent dans mes « analyses » de séries ici c’est la diversité (ou non) du casting, ici c’est un gros point positif puisqu’effectivement le casting est assez diversifié pour une teen série et il en est de même pour les rôles joués par ce casting, les PoC sont présent, ce qui est loin d’être le cas pour toutes les séries/films et il y a des personnages hétéro et homosexuels et c’est un gros point positif car ces derniers sont souvent occultés dans les teen séries.

La série n’est pas moralisatrice, elle expose juste des faits et fait passer des messages importants. On ne se sent pas manipulés ou forcés à s’émouvoir devant certaines situations, tout est tourné pour que l’on ressente des émotions de la manière la plus naturelle possible et comme ce sont des faits relatés et qui se passent vraiment dans la vie on est forcément touché.

Dès le début on sait qu’Hannah s’est suicidée, mais la série est très bien faite puisqu’à chaque épisode on en découvre un peu plus et on a envie de voir le reste, d’aller jusqu’au bout de la saison. Et on a quasiment l’impression d’abandonner Hannah quand on arrête de regarder (en tout cas moi c’est l’impression que j’avais).

Et enfin un dernier point très important, elle montre que même en pensant ne faire de mal à personne, la moindre remarque mal placée ou le moindre geste peut blesser les gens profondément. Elle montre qu’on ne se rend pas toujours compte de la souffrance dans laquelle sont les gens et il me semble qu’il était assez bienvenu de le faire remarquer. 


Les points négatifs
Comme à chaque fois j’essaye d’être objective et de trouver des points négatifs alors qu’il n’y en a pas vraiment. Le seul que je trouve pour 13 reasons why rejoint un point positif. Comme de nombreux sujets « tabous » sont abordés il y a beaucoup (beaucoup beaucoup) de trigger warning à poser sur chaque épisode de cette série. Les personnes sensibles ou ayant vécu des traumatismes semblables voudront peut-être s’abstenir.

D’habitude je ne le fais pas mais j’ai très envie de vous conseiller 3 chansons de la BO que j’ai particulièrement aimé en regardant la série :
-               Only you – Selena Gomez
-               The night we met – Lord Huron
-               A 1000 times – Hamilton Leithauser + Rostam

« Maybe you did something curel. Or maybe you just watched it happen. Maybe you didn’t even realize you were beig cruel. Maybe you didn’t do anything at all – and maybe you should have. (…) too late. »

carte postale #10 : NANTES

Pendant le week-end de Pâques je suis allée voir ce qu’il se passait un peu à l’ouest de la France, en Loire Atlantique et plus précisément à Nantes. Et comme j’aime le faire quand je pars en express dans une ville ou que je découvre un truc un peu nouveau, me revoilà pour un article carte postale. J’ai passé en tout et pour tout 48h à Nantes et comme j’étais dans ma famille, le côté touristique de la visite a été un peu éclipsé. J’ai cependant pu faire une petite balade dans le centre-ville, entre le château des Ducs de Bretagne (très très beau d’ailleurs), le passage Pommeraye à ne pas louper, l’île de Versailles, idéale pour s’assoir quelques heures sur les berges, la place Royale (où j’ai mangé une glace délicieuse chez Amorino) et les jolies petites rues de Commerce, une balade courte mais efficace pour avoir un mini aperçu de la ville.

Il est maintenant l’heure de replonger dans mes cours puisque c’est la dernière ligne droite, dernière semaine de cours et les partiels. Dans 10 jours tout est fini et dans 25 jours je m’envole pour Hambourg et de nouvelles aventures.

A très vite,
Louisa
      

      

J'ai testé (et adopté) le bullet journal

Un mois et demi que je n’avais pas posé les doigts sur mon clavier pour écrire un article. J’ai été submergée par le travail et d’autres petits obstacles se sont posé sur le chemin de la blogosphère. Mais je suis là et prête à parler d’une de mes découvertes fabuleuses de début 2017, quelque chose qui aide d’ailleurs à s’organiser et à optimiser son temps : le Bullet journal.

J’entends ce nom mystérieux depuis un an et demi, deux ans sans même me poser la question de si j’avais envie de me lancer ou pas là-dedans. Puis fin 2016 sur twitter j’en ai entendu parler encore plus, j’avais le sentiment que tout le monde s’y mettait, mais moi je ne voulais pas m’y mettre parce que : j’avais peur de perdre du temps, de faire un truc moche et de jamais être satisfaite. Et puis finalement je me suis lancée en gardant en tête que je pouvais faire un truc simple et pas forcément ultra artistique comme on voit sur Pinterest. Aujourd’hui ça fait trois mois et j’ai adopté le Bullet journal.


Le Bullet journal c’est quoi ?
Le Bullet journal, comme son nom l’indique est un journal et un système d’organisation et de gestion de tâche très simple et 100% personnalisable. Le principe est assez simple, il suffit de se procurer un carnet que l’on va transformer en agenda amélioré. Il est extrêmement pratique pour les personnes stressées, qui ont besoin de s’organiser, pour celles qui font des listes sur des feuilles volantes et qui en ont marre de les perdre. En gros le Bullet journal permet de regrouper toutes vos infos importantes dans un même endroit. La prise en main est ultra simple et ça change un peu la vie.


Sur le guide du Bujo on explique souvent le système de clés, de bullets et autres indicateurs que chacun personnalise et s’approprie pour maîtriser son journal. C’est très simple, il suffit de trouver des codes pour représenter les rendez-vous, les urgences, les chose à faire, la progression, enfin tout ce que l’on veut noter.


L’organisation de mon Bullet journal :
Comme je le disais un peu plus haut, j’ai décidé de faire très simple pour mon Bullet journal. J’ai donc une page annuelle avec un calendrier, et mes buts de l’année. Rien de bien compliqué, sans couleurs, sans fioritures, je vais droit au but.

Chaque mois je crée une page mensuelle, avec d’un côté mes buts du mois, les choses vraiment importantes que je veux avoir accomplis à la fin de mois, puis quelques images. Et de l’autre côté c’est un peu une « overview » de mon mois (vous le voyez sur les photos) – une page pour écrire et voir sommairement ce qui va se passer dans mon mois.

Et enfin j’ai des pages hebdomadaires, une double page pour chaque semaine, que je divise en 7 afin d’avoir un espace pour chaque jour de la semaine dans lequel j’écris ce que j’ai à faire, mes rendez-vous, mes penses bêtes etc.

Mes indicateurs sont très simples, en gros je fais un carré pour chaque tâche, rendez-vous, chose à faire, pense bête, que je colorie quand j’ai fini. Si j’annule la tâche je fais une croix dans la case et si je l’annule pour la repousser je fais une espèce de flèche, vraiment ultra simple donc.

Il est possible d’ajouter des trackers, de sommeil, d’humeur etc. mais je n’en fait pas car mon but c’est vraiment de gagner du temps et d’aller à l’essentiel. Je sais que certaines personnes aiment particulièrement les trackers parce que c’est super intéressant pour faire un « suivi de soi ».

En fin de journal j’ai quelques listes de toutes sortes, des listes de films à voir, de livres à lire, d’articles à écrire, une wishlist, dans lesquelles j’ajoute des choses dès que je pense à un truc, c’est super super pratique.




Et trois mois après c’est comment ?
Du coup même si j’étais sceptique au début, je suis maintenant totalement conquise, j’utilise mon bullet journal tous les jours et je ne pense pas arrêter d’aussi tôt. C’est ultra efficace, je gagne un temps fou, je n’ai plus jamais de listes sur des feuilles volantes et quand j’ai besoin de déstresser j’ai juste à écrire dans mon journal les choses que j’ai à faire, poser à plat, le planifier directement, et ça m’apaise l’esprit.

J’ai trouvé beaucoup d’inspiration sur Pinterest, sur twitter et sur différents blogs et je vous conseille d’y faire un tour si vous voulez vous lancer dans l’aventure Bujo. J’espère d’ailleurs que vous aurez envie de vous y mettre et rejoindre ce club plus très restreint.


Louisa