Sylt, l'île merveilleuse de la mer des Wadden

Comme vous allez le remarquer, ces derniers temps ma ligne éditoriale est très tournée plage de sable blanc, ile et mer du nord. J’avoue qu’en venant 3 mois à Hambourg, j’avais dans un coin de ma tête l’idée pas du tout secrète de me rendre au moins une fois à la plage pour voir toutes ces beautés nordiques et bon, on va pas se le cacher, quand on commence on ne s’arrête plus. Début juillet, ma mère et ma sœur sont venues me rendre visite et on en a profité pour aller passer deux jours à Sylt, l’une des iles allemandes de la mer des Wadden, sur la côte en face de l’Allemagne et du Danemark. Sylt c’est la plus grande ile, elle fait 32 kilomètres de long (mais elle n’est pas très large) et elle est facile à rejoindre de Hambourg – 3 heures en train quand ce dernier n’est pas annulé (les mésaventures de Louisa), ce qui fait d’elle l’ile adorée des habitants de Hambourg et du nord de l’Allemagne, et donc l’une des plus touristiques (ça reste tout de même très très raisonnable, on est loin de la côte d’azur). 



      
      
Il y a trois « villes » principales : Westerland, la grosse station balnéaire, qui ne vaut pas franchement le détour, mais c’est là que les trains arrivent. L’accès à la plage est payant donc nous on a décidé de s’en éloigner rapidement. Il y a Kampen, on trouve des petites dunes et le point culminant de l’ile (à 50m de haut il me semble) et en montant quelques marches pour l’atteindre on peut découvrir tout le relief de l’ile, c’est ultra impressionnant. L’accès la plage est aussi très sympa puisqu’il faut marcher quelques minutes sur des dunes oranges avant d’arriver sur la plage de sable blanc et aller tremper ses pieds dans l’eau transparente (no fake).

| Admirer la vue sur l’un des trois phares de l’ile, marcher sur les dunes et aller tremper ses pieds dans l'eau froide et transparente



      



En descendant plus vers le sud de l’ile il y est possible d’accéder à la plage (je dis la plage car l’ouest de l’ile c’est littéralement une plage qui fait 32km de long) à plusieurs endroits avant d’arriver dans le joli village de Hörnum. On pourra y apercevoir le phare, un petit port avec un phoque (!!!!) qui a élu domicile dans le port à certaines heures de la journée (à tel point que les habitants lui ont donné une adresse : Hafen Ecke an der Treppe, - littéralement dans le coin du port à côté des marches, on pourrait croire qu’il va être dur à trouver mais en suivant à la lettre cette adresse on tombe nez à nez avec un petit phoque trop mignon. J’ai été ravie de passer 10 minutes à l’observer, oui.

| Passer de longues minutes à regarder un petit (énorme en réalité) phoque en train de se reposer dans le port entre deux bateaux

      



      

      

Hörnum c’est aussi la pointe sud de l’ile, on peut d’ailleurs passer se balader le long de cette pointe à pied sur le sable, et remonter le début de cette grande plage de 32km. Il y a aussi plein de petites maisons très mignonnes et la balade dans le village est super agréable aussi. Je dois dire que j’ai adoré me balader pendant des heures sur la plage, le visage au vent et observer la mer. Il se peut que je me sois même assoupie sur la plage bercée par le bruit des vagues. Ce weekend était m’a permis de faire une pause dans mon stage et d’aller prendre l’air et je dois dire que c’était très revigorant. 

| Se balader sur la plage, profiter de la mer, sentir le vent qui nous décoiffe et qui nous fouette le visage, s’assoir quelques minutes et respirer le grand air


      
      
      



      


      


      

Je suis revenue avec un sacré coup de cœur pour les plages du nord et j’ai hâte de retourner y faire un tour pour respirer l’air de la mer. On a eu tellement de chance pendant ce weekend, même s’il a commencé par un train annulé et des imprévus à gérer, il était absolument génial et la météo a été super clémente (un soulagement parce que c’est un peu au fil du vent sur Sylt normalement). Mon amour pour les paniers de plage, la mer, le sable blanc et l’herbe verte ne fait que se confirmer, et j’espère que ces quelques photos vous auront permis d’apprécier tout ça.

Louisa

Rügen ou la perle de la baltique

Début juin l’envie m’a pris d’aller voir la mer, et depuis Hambourg on peut dire qu’il y a le choix sur la destination. La mer des Wadden m’attirait tout particulièrement puisque j’avais vu de superbes photos sur divers blogs, mais je devais déjà y aller avec ma famille qui vient me voir bientôt, alors mon attention s’est portée de l’autre côté de l’Allemagne, sur la mer baltique. Il ne m’a pas fallu longtemps pour trouver un endroit qui me ferait rêver, à base de sable blanc et de Strandkorbe : direction Rügen.

Du coup Rügen c’est une grande ile de la mer baltique au nord de l’Allemagne, qui fait face à la Suède et au Danemark. C’est la plus grande ile d’Allemagne et d’une des plus prisées avec les iles de la mer des Wadden. Il y a des plages, des petites péninsules, un énorme parc national et de superbes falaises blanches. Pas besoin de trop réfléchir, en quelques clics j’avais pris mes billets de train et réservé un hôtel. Comme la plupart des villes de l’ile où l’on peut dormir sont des stations balnéaires les prix grimpent vite, il faut se méfier.

J’avais repéré deux endroits que je voulais voir absolument : les falaises du parc national Jasmund et les plages de Binz. J’ai donc passé ma première matinée à Binz, j’ai mis les pieds dans la mer baltique, touché le sable blanc et fin de la plage, j’ai déambulé dans les rues bondées de Binz, et observé l’architecture impressionnante des hôtels du bord de plage.

J’avais ensuite dans l’idée de louer un vélo pour m’éloigner un peu et aller voir plus loin ce que l’ile avait à offrir. C’était une façon très sympa de découvrir l’ile, surtout qu’il y a pas mal de pistes cyclables et que c’est ultra agréable de se retrouver seule au milieu de la campagne. Par contre je n’ai pas pu aller aussi loin que ce que je voulais puisque je n’avais pas pris en compte le relief de l’ile. On ne dirait pas comme ça mais il y a un peu de dénivelé et à certains endroits c’était un peu dur. J’ai tout de même fait 10 bons kilomètres dans la direction de Göhren.













Le lendemain je partais donc pour le parc national Jasmund. L’ile est vraiment bien déservie en transports et il est super facile d’y circuler en train régional ici. Pour se rendre au parc il faut descendre à la gare de Sassnitz, de là c’est assez simple de rejoindre le parc, la plage de galet ou les falaises de craie blanches (et c’est bien indiqué). En dehors du parc, la vie n’a pas grand-chose d’attractif, donc il vaut mieux se concentrer sur la nature.

J’avais prévu de passer la journée à arpenter le parc, qui est une forêt qui n’a pas été touchée par l’homme. Elle est énorme, et il y a vraiment de quoi faire pour une journée entière. Mais j’ai pas eu de chance et il a plu sans discontinuer toute la journée et après avoir marché 5 heures sous la pluie et étant trempée j’ai rebroussé chemin plus tôt que prévu et j’ai été boire un chocolat chaud dans un café. Et le soir même je repartais pour Hambourg.









Autant dire que j’ai été ravie de mon week-end nature. J’adore la vie en ville, mais ça me fait un bien fou de m’échapper de temps en temps pour aller voir ailleurs, respirer un coup et revenir regonflée à bloc. En ce moment je suis très attirée par les iles et les plages du nord. D’ailleurs je pars sur une autre ile ce week-end et je planifie une expédition au Danemark pour voir la plage et la nature danoise.


Louisa