Lettre à Hambourg

Hambourg, tu m’en as fait voir de toutes les couleurs, et qu’est-ce que je t’ai aimée pendant ces trois mois. Je me suis sentie si bien chez toi, tellement chez moi. Je n’ai plus trop de «chez moi», ou alors j’en ai plusieurs. Mais toi tu fais définitivement partie des villes «chez moi». Et maintenant je dois partir, j’en ai le cœur serré et j’ai très envie de pleurer.

Chez toi, j’ai envisagé de revenir m’installer, j’ai dit que la météo m’en empêcherait, c’est vrai qu’il ne fait pas beau chez toi Hambourg. Mais finalement on s’y habitue, et on finit par dire « oh bah c’est Hambourg», c’est toi, t’es comme ça. Et finalement ça nous incite à profiter plus, à embrasser chaque moment, à vivre plus vite, à vivre mieux. Chez toi j’ai fait des tonnes de choses, j’ai vu des millions de trucs, j’ai rencontré beaucoup de gens géniaux, j’ai même créé de toutes nouvelles amitié, chez toi j’ai aussi beaucoup appris. On ne dirait pas comme ça mais en trois mois tu m’as apporté plein de bonnes choses.

| Normalement je suis bonne avec les mots, mais Hambourg, tu me déboussole, je sais plus très bien ce que je veux dire et où je veux en venir. 

      


      



      

Hambourg, moi je trouve que ne t’es pas du genre à te laisser cerner en une semaine, il m’a fallu un peu de temps pour te dompter, pour apprendre à te connaitre et réellement t’apprécier. Au début tu m’as pas convaincue, je n’arrivais pas à savoir si tu étais belle, tu vois t’es pas comme Paris, t’es pas au goût de tous. T’es un peu ronchonne parfois, un peu grise souvent, très industrielle à certains endroit. Puis tu m’as offert des spectacles si beaux et des moments qui m’ont donné envie de pleurer, tu m’as fait découvrir tes secrets, j’ai vu des coins mignons et insolites et j’ai su que tu étais en train de me marquer au fer. D’ailleurs t’es même un peu dans ma peau maintenant et tu seras un peu avec moi partout où j’irai.

Hambourg, je l’ai dit chez toi j’ai rencontré des gens merveilleux, j’ai fait des expériences magiques, j’ai encore grandi. Je vais encore rentrer comme une étrangère, encore un peu plus en décalage avec la vie que j’ai laissée en France. Celle que je crois toujours laisser sur pause alors que cette vie-là elle évolue autant que moi, mais sans moi. Je vais encore avoir l’impression d’être à côté de mes pompes, de pas être à ma place et de plus trop savoir ce que je fais là. Et ça c’est à cause de toi.

Toutes les expériences me façonnent un peu plus, je l’ai bien compris ça et clairement toi tu as joué ton rôle aussi. Je vais encore avoir envie de raconter tout mon séjour à des gens qui n’étaient avec moi et qui finalement ne me comprendront pas vraiment, puis je vais finir par arrêter de le raconter parce que finalement je suis plus sûre que j’aime vraiment partager tous les détails, j’aime bien en garder pour moi, j’aime bien te garder pour moi.

| Je suis arrivée le cœur léger, et je repars avec le cœur lourd, lourd de bonheur, et un peu de tristesse. Je repars la tête pleine de souvenirs, de paysages, de rires. 

      



      

      



Hambourg, j’en attendais tellement de toi et tu m’as tellement comblée. Hambourg, comme tes sœurs Berlin et Munich, tu m’as tellement fait grandir, tu m’as tellement changée, juste en 3 petits mois, au détour de quelques rues, avec la rencontre de quelques personnes, en m’offrant une expérience unique, en me dévoilant tes secrets, en te montrant sous ton meilleur et sous ton pire jour. Chez toi je me suis sentie en sécurité, comme protégée, comme dans une bulle. Chez toi je me suis aimée, j’ai souri, j’ai beaucoup ri, j’ai découvert. Tu m’as fait râler mais tu m’as aussi émerveillée. Tu m’as offert des couchers de soleil, la plage dans la ville, des façades d’immeubles mignonnes, des parcs et des jardins à tomber, tu as mis plein de fleurs sur mon chemin. Tu étais belle, mais tu as grondé aussi parfois, ton ciel s’est déchainé, on t’a brûlée, un peu cassée, puis tu t’es redressée. Tu étais à la fois pleine et vide, vivante et inanimée, calme et déchainée. Si paisible et agréable que je serais bien restée. 

| Alors Hambourg, merci.


      


      

      



Sur les photos vous pouvez voir :

Speicherstadt – photo 1

Vue sur la ville depuis l’autre côté de l’Elbtunnel – photos 2. 11. 27.

Port – photos 3. 5. 25. 26.

Eimsbüttel – photos 4. 8. 19. 20. 24.

Landungsbrücken – photos 6. 17. 23.

Planten un blomen / Wasserlicht Konzert – photo 7.

Deichstraße – photo 12.

Elbstrand – photos 13. 14.

Rathaus – photo 15.

Sternschanze Central Park Bar – photo 16.

Jungferstieg / Alster – photos 9. 22.

Hauptkriche St. Michaelis – photo 18.

Gängeviertel – photo 21. 

1 commentaire

  1. Anonyme1.10.17

    trop touchant cet article ! ça a vraiment l'air d'être une ville super chouette :)

    RépondreSupprimer